Biohazard Blackness


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 City Of The Dead

Aller en bas 
AuteurMessage
A. Wesker
S.T.A.R.S
S.T.A.R.S
avatar

Masculin Nombre de messages : 3590
Age : 28
Localisation : Besancon
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: City Of The Dead   Ven 19 Fév - 23:18

Bon voilà, je remets ma fic, puisqu'Ada me l'avais supprimé... -_-



CITY OF THE DEAD



CHAPITRE 1:
Contamination






Lycée Jules Haag, Besancon.
Salle de classe 464.


- Calmez-vous les enfants s’il vous plait.

En entendant la voix de leur professeur, Mr Churaud, tous les élèves se turent immédiatement. Assis au dernier rang, Florent lança une boulette de papier sur le tableau, sous le regard amusé de son voisin Maxime.

- Qui à lancé ça demanda le professeur.

- C’est moi répondit Florent tout en se levant.

Le professeur posa les yeux sur Florent, sans être étonné du tout, sa ne pouvait bien sûr être que lui ou son voisin.

- Viens là et ramasse sa tout de suite demanda le prof sur un ton de patience.

Non sans rechigner, l’élève s’exécuta, il ramassa la boulette et la lança avec prétention dans la corbeille qui se trouvait à deux mètres de lui. La boulette cogna sur le rebord et finit sa chute aux pieds d’un élève assis au premier rang.

- Et bien ! Panier manqué dit Mr Churaud amusé.

Toute la classe explosa de rire. Florent se retourna alors brusquement vers ses camarades et le calme revient immédiatement.
Il n’était pas sans dire que Florent et son pote Maxime avait imposé un certain respect dans leur classe. Ils n’hésitaient pas à casser la gueule a quiconque ferait quelque chose qu’il ne leur plaise pas.

- Bon allez met cette boulette a la poubelle une fois pour toute et sans la lancer demanda Mr Churaud.

Florent s’exécuta, il alla à l’ endroit où son projectile avait atterri et se baissa pour le ramasser aux pieds d’un élève.

- Joli tir dit l’élève à qui les pieds appartenaient.

Florent leva les yeux et regarda la personne qui avait parlé, c’était un garçon brun avec les cheveux en épis, les yeux marrons.

- Ta gueule John dit Florent avant de se relever et de se diriger vers la corbeille dans laquelle il posa la boulette.

En retournant à sa place, Florent regarda John. Il est une des rares personnes à qui il ne fait pas peur lui et Maxime. Il se rappelle la fois où il avait voulut frapper se pleurnichard de Thomas parce qu’il l’avait bousculé par inadvertance ; au moment où son poing allait toucher le visage de Thomas, une main le stoppa net. C’était John, qui l’avait ensuite humilié devant le lycée tout entier. Depuis Florent éprouvait une rage profonde envers lui. Un crack sonore sortit Florent de ses pensées, il avait serré si fort son crayon pendant qu’il se remémorait cet affrontement qu’il l’avait cassé en deux. Il jeta à nouveau un regard vers John en se jurant de se venger dès la première occasion.


Entrée du lycée
Bureau du concierge



Mr Barult, le concierge, était assis derrière son bureau. A cette heure ci pratiquement tous les élèves étaient en cours. Il feuilletait une revue en espérant qu’il ne serait pas déranger par une personne étrangère au lieu, un parent d’élève par exemple. Dans le cas contraire son rôle est d’indiquer à cette personne le lieu où elle veut se rendre. Ainsi se résume la plupart de ces journées. Mr Barult tourna la page de son magazine en levant la tête un moment, il put alors apercevoir un pan de veste juste derrière la porte ouverte de son bureau. Pensant à un élève qui rentrait au lycée il allait replonger dans sa lecture quand son regard fut attiré par des gouttes de sang sur le sol.

- Qu’est ce que …. bafoua t-il en se levant précipitamment.

Il sortit du bureau et vit la personne à qui appartenait le sang, un homme aux habits piteux et couvert de sang.

- Attendez deux minutes demanda Mr Barult.

L’homme arrêta de marcher et se retourna. Mr Barult fut pétrifié par ce qu’il vu. Le visage de l’homme était lacéré, son œil droit pendait hors de son orbite et sa mâchoire était couverte de sang. Mr Barult reculait lentement tandis que cette chose avançait vers lui les bras tendu en poussant un râle.

- Restez où vous êtes dit Mr Barult d’une voix affolé, N’approchez pas !

La créature continuait pourtant d’avancer, apparemment elle ne comprenait rien à ce que disait l’homme en face d’elle. Mr Barult recula encore un peu. Quand d’un coup deux mains l’attrapèrent par le cou et une mâchoire lui déchira la gorge. Un autre de ces monstres étaient apparut derrière lui, lui arrachant des bouts de chairs. Mr Barult poussa un cri de douleur, tandis que le premier zombie approchait de son visage. Le concierge pouvait sentir son odeur de sueur mêlée au sang et put voir les moindres détails de la tête cauchemardesque une dernière fois avant qu’une deuxième mâchoire ne vienne lui lacérer le visage…


Paris
Bureau du président de la République.



-L’heure est grave monsieur le président, le cauchemar que nos confrères Américains ont subit il y a de ça 10 ans maintenant se répète en ce moment même à Besançon. Nos agents spéciaux nous ont dit que la moitié de la ville est contaminé. Cependant nous ne savons pas encore d’où provient la contamination. La ville à était bloqué suivant vos instructions. Personne ne peut sortir ni rentrer. Pour ce qui est de la personne que vous nous avez demandez de sauver, j’ai trouvé les personnes qu'il vous faut. Ils sont entrainés et plus que aptes pour cette mission surtout qu’ils ont déjà été confrontés à ce genre de situation. Mais laissez-moi plutôt vous les présenter. Rentrer vous deux.

La porte du bureau s’ouvrit et deux silhouettes firent leur entrée.


Paris
Bureau du Président de la République


La porte du bureau s’ouvrit et deux silhouettes firent leur entrée.
L’une des personnes était un homme, grand, avec les épaules larges et une barbe. L’autre une femme, à la plastique parfaite avec un visage d’\"ange\". ( xD )

-Mr le président, je vous présente Barry Burton et Jill Valentine.

Barry et Jill firent un salut de la tête.

-Bien, très bien dit le président. Je suppose qu’il est inutile que je vous fasse le briefing ? demanda t-il.

- Inutile en effet, nous avons déjà était informé de la situation. Quand à notre mission elle consiste à ramener une certaine Mlle Sarboly, n’est ce pas ? demanda Barry.

- Effectivement c’est la raison pour laquelle vous êtes payés répondit le président.

Barry et Jill échangèrent un regard, tous deux savaient qu’ils ne faisaient pas ça pour l’argent mais pour une toute autre raison.

- Bien dit le président si vous êtes prêt vous partez immédiatement. Votre hélicoptère vous attend sur le toit. Bonne chance a vous !

- La chance n’existe pas en enfer déclara Jill Valentine avant de sortir du bureau en compagnie de Barry.


Lycée Jules Haag
Cafétéria


Dans un coin de la cafet’ Marine est assise sur une banquette. Beaucoup d’autres élèves sont présent. Alors qu’elle assistait à un cours de Philo, le proviseur avait demandé à l’interphone de se rendre au plus vite à la cafétéria. En chemin, Marine avait pu observer de la fumée au loin et des cris résonnant hors du lycée. Elle avait également vu des cadavres gisant au sol dans la cour. Une fois à la cafétéria les surveillants avaient refermés les portes, les barricadant avec des tables.
Marine c’était donc assis, et avait attendu pendant 10 min dans le silence jusqu'à ce qu’un surveillant allume la télé. Des cris résonnèrent alors de partout. Les images montraient la ville en feu, des gens mort. La police tirait sur des autres personnes très agressives.

- Des zombies ? dit un élève assis non loin de Marine, c’est quoi ce bordel ?

Marine allait protester quand soudain un bruit retentit sur la vitre derrière elle.
Tout le monde se retourna et se mirent à crier. Plusieurs personnes, le visage en sang et déchirés cognaient sur la vitre. L’un d’eux tenait quelque chose dans sa main, une chose que les élèves connaissaient bien puisque que c’était la tête du proviseur.
Les cris retentirent de plus belle, et la panique s’installa lorsque la vitre se brisa…

Les zombies s'engouffrèrent un par un dans la cafétéria, attrapant des élèves aux passages. Le sang giclait à tout va.
Marine couru comme la plupart de ses camarades en direction des portes, oubliant que les surveillants les avaient barricadés quelque temps avant.

- Merde c'est vrai dit un garçon en essayant de tirer une des nombreuses table qui bouchaient la sortie. Zut, elles sont toutes attaché ensemble poursuivit -il.

Les zombies avaient maintenant envahie la moitié de la salle et se rapprochaient de plus en plus des 30 élèves survivants.

-La porte de derrière dit Marine elle n'est pas barricadée.
- Bonne idée dit un autre élève. Allons-y.
- Imbécile, comment tu veux sortir sans te faire mordre ? répondit une fille.

A ce moment un élève se détacha du groupe et attrapa une chaise, se tenant face aux zombies.

- Hé toi, dit un élève tu comptes te frayer un chemin avec ça ?

L'élève l'ignora et lança la chaise contre une vitre à coté de lui. La vitre se brisa et il fila aussitôt au dehors.

-Mais bien sûr ! Les vitres ne peuvent s'ouvrir ici, mais on peut toujours les briser pensa Marine en s'enfonçant à son tour par l'ouverture.

Une fois dehors, elle vit le jeune homme entrer dans le bâtiment en face. Elle ne savait pas pourquoi, mais quelque chose lui disait que le suivre pourrait lui sauver la vie. Elle entra alors dans le bâtiment a son tour.
Il était assis dans les escaliers. Elle s'approcha de lui d'un pas peu assuré.

-Que me veux-tu ? dit le garçon sans la regarder.

Marine le fixa un moment, puis répondit:

-Je pensais qu'ont pourraient faire équipe pour se sortir de là.

Le jeune homme se leva, et commença a monter les escaliers, puis se retourna et en regardant pour la première fois Marine dit:

-Tu peux me suivre mais ne me gêne pas.

Et il continua sa montée, Marine sur ses talons.
Après avoir monté un étage, Marine lui demanda:

-Heu... Comment t'appelles tu ? Moi c'est Marine.
-Lucas répondit-il indifféremment.
-Pourquoi rester ici Lucas ? Il faudrait plutôt quitter le lycée, aller chercher de l'aide.
-Et tu veux vraiment sortir dans la rue comme ça ? Sans armes pour te défendre ? répondit il d'un ton hautain.
- Et où veux tu trouver des armes ? renchérit Marine.

Ils étaient maintenant au troisième étage, Lucas s'arrêta devant une salle portant le numéro 390.

-Ici répondit il avec un petit sourire en coin.

_________________


Spoiler:
 

__________________
KLV
_______
A.A.P.A


Dernière édition par A. Wesker le Ven 19 Fév - 23:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Wesker
S.T.A.R.S
S.T.A.R.S
avatar

Masculin Nombre de messages : 3590
Age : 28
Localisation : Besancon
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Re: City Of The Dead   Ven 19 Fév - 23:26

Salle 390
Lycée Jules Haag


La salle 390 est en faite un atelier où travaillent les élèves de Terminale Génie mécanique, en voyant les grosses clés plates, les marteaux, les tournevis, et tous les autres objets pouvant servir d’armes, Marine compris mieux pourquoi Lucas l’avait entrainé ici.
Ce dernier se manifestait déjà et avait attrapé un énorme tournevis, ainsi que le manche d’un balais, il se dirigea ensuite vers un tiroir et en sortit du gros scotch. Il attacha le tournevis au bout du balai et l’enroula avec le scotch.

-Tiens dit il en tendant sa création à Marine, défends-toi avec ça.
-Heu …. Merci dit Marine un peu abasourdi en prenant le balai. Et toi ? demanda t-elle.
-Moi je vais prendre ça dit il en ramassant deux marteaux à proximité. Maintenant allons-y.


Tous deux se dirigèrent vers la porte, Lucas en tête, Marine allait poser une question, quand tout à coup Lucas leva la main pour lui faire signe de ce taire. Il se posta ensuite près de la porte, levant les marteaux qu’il tenait dans chaque main, prêt à frapper. Marine entendait des bruits derrière la porte. Elle ne bougea pas, retenant son souffle alors que la poignée s’abaissait, pour laisser apparaître un groupe de cinq personnes ; quatre garçons et une fille.
Marine poussa un soupir de soulagement et Lucas abaissa ses armes.

- Qui êtes vous demanda t-il
- Je m’appelle John dit un des garçons, lui c’est Thomas, les deux là Florent et Maxime et elle c’est Julia poursuivit il en désignant à tour de rôle chaque personne qui l’accompagnait. Et vous deux ?
- Je m’appelle Marine. Et lui c’est Lucas, on c’est rencontré tout à l’heure et ….
- Tais toi coupa Lucas, peut importe comment on c’est rencontré ou depuis combien de temps on se connaît, ce n’est pas le moment pour discuter. On va tenter de sortir d’ici et de trouver refuge dans un endroit sécurisé, vous venez demanda Lucas en se tournant vers les cinq nouveaux.
- Ok répondit John à plusieurs on à plus de chance de survivre. Allons y comme tu l’as dit pas de temps à perdre.
- Attendez cria Florent depuis quand c’est toi le chef, hors de question de mettre les pieds dehors, je propose d’attendre ici les renforts.
- Très bien dit Lucas en sortant de la salle si tu veux rester, reste, moi je m’en vais.

Tous les autres le suivirent, sauf Maxime.

- Alors on fait quoi demanda t-il à Florent, on se trouve un endroit pénard et on attend les secours.
- Nan, on les suit, je te signale que j’ai encore un compte à régler avec John, et pis ce type là, Lucas, il m’énerve, je vais m’en occuper également.
- Qu’est ce que tu comptes faire questionna Maxime.
- Vu la tournure des événements, un accident est vite arrivé ricana Florent.

Et tout deux se mirent à rire de plus belle tout en se hâtant de rattraper le groupe qui avait déjà atteint le 1 er étage.

- Tiens vous venez avec nous du coup demanda Julia
- Ouais on a changé d'avis ça te pose un problème répliqua Florent

Julia ne répondit pas et tous continuèrent de descendre les marches lentement et prudemment.

-----------

Place du 8 Septembre
Ville de Besançon


- On est arrivé, vous allez devoir descendre en plein vol, je ne peux pas atterrir c'est trop le foutoir là en bas dit le pilote de l'hélicoptère.
- Pas de problème répondit Barry tout en enfilant un harnais. Tu es prête Jill ?
- Oui on peut y aller, faites nous descendre.

Le pilote activa le mécanisme et les deux agents se laissèrent glisser le long du câble, avant de finir leur course au milieu de millier de personnes affolées et de zombies affamés. Une fois au sol, ils décrochèrent leurs mousquetons et attrapèrent tous deux le M4 qu'ils portaient à l' épaule, alors que des zombies se jetaient déjà sur eux. Ils se mirent à tirer se frayant un chemin parmi les créatures assoiffés de sang.

Couloir du Lycée Jules Haag

La bande venait d’atteindre le rez de chaussé, sans encombrement. Durant la descente, ils avaient rencontré une femme de ménage zombifiée. Lucas n’avait eu d’autre choix que de lui asséner un violent coup de marteau dans la mâchoire pour la repousser.

Lucas ouvrit doucement la porte qui menait dans la cour.

- Il n’y a personne dit il. Les autres ont déjà du évacuer.
- Surement répondit John.
- Allons y, suivez moi ordonna Lucas.

A peine avait il mit un pied dehors qu’il s’arrêta déjà, faisant signe aux autres d’en faire autant. Ils n’eurent pas besoin d’entendre l’explication de Lucas pour comprendre la raison de cet arrêt ; à moins de 20 mètres, sur leurs gauche se trouvaient un groupe de contaminés qui leur tournaient le dos.

- Ils ne nous ont pas vus chuchota Lucas, avancez sans faire de bruit.

Les autres acquiescèrent d’un signe de la tête, avant de poursuivre leur chemin sur la pointe des pieds.

- Avec un peu de chance on pourra atteindre la porte principale sans combattre pensa Lucas.

* Glong !!! *

Tous se retournèrent, Thomas venait de faire basculer une poubelle.

- Désolé dit-il tout rouge.

Le groupe se tourna alors d’un seul mouvement sur la gauche, et constatèrent que le bruit avait malheureusement attirés l’attention des zombies.

- Courez cria John.

Le groupe ne se fit pas prier et tous se mirent à courir en direction de la sortie. Avant de s’arrêter une fois de plus. Devant la lourde porte en fer, se tenaient des centaines d’élèves zombifiée.

- On est pris en sandwich cria Marine affolée.
- Et merde hurla Florent.
- Par ici cette porte dit Julia en désignant la seule porte qu’ils pouvaient encore atteindre.
- Mais c’est les sous sol, c’est un cul de sac, on ne pourra pas sortir par là répliqua Maxime.
- C’est toujours mieux que de mourir ici dit Lucas en ouvrant la porte. Vite entrez poursuivit il.

Et tous franchirent la porte avant de dévaler les escaliers qui les menait au sous sol. Lucas ferma la porte derrière lui et se rendit compte qu’on ne pouvait pas la fermer à clé. Heureusement pour eux, les zombies n’avaient pas l’air de savoir manier un loquet.

------------------------------
Rues de Besançon

Jill mitrailla un zombie qui fonçait droit sur elle. Cela faisait seulement environ un quart d'heure qu'ils venaient de mettre pied à terre avec Barry et ils étaient deja bientôt à cours de munitions.

- Décidément la contamination est deja bien avancé, j'ai bien peur qu'à ce stade, toute la ville soit contaminée cria Jill en décochant une balle dans l'œil gauche d'une créature.
- Malheureusement on ne peut rien faire pour stopper ça, il faut se concentrer sur la mission et rien d'autre dit Barry. Il faut à tout prix "la" retrouver avant qu' "il" ne mette la main dessus.

Jill acquiesça d'un signe de tête et les deux soldats continuèrent à se frayer un chemin à travers la ville.

Sous sol Lycée Jules Haag

Après avoir dévalé les escaliers, le groupe se retrouva, dans une sorte d’entrepôt où étaient empilé des cartons, des tables rouillées et des meubles en tout genre. Une seule ampoule éclairait la pièce, ce qui impliquait qu’une partie de la salle était dans la pénombre.

- C’est là qu’ils doivent stocker les vieux meubles qui ne servent plus à rien dit Pauline.
-Oui surement, je ne pense pas qu’on puisse trouver une sortie par ici répliqua John.

Lucas faisait le tour de la pièce, réfléchissant.

- Génial cet imbécile nous à trainé dans un cul de sac, cria Florent en désignant Lucas du doigt.

Lucas s’arrêta devant une immense armoire plaquée contre un mur.

- Ta gueule crétin, comment crois tu qu’ils ont emmené tout ça ici ? Par la petite porte qui se trouve en haut ? demanda Lucas en poussant l’armoire de côté.
- Mais bien sûr dit John en rejoignant Lucas pour l’aider, il y a forcément une entrée plus grande.

L’armoire glissa sur deux mètres pour dévoiler une porte, assez large pour avoir pu faire rentrer tout ces meubles. Malheureusement elle était fermé à clé, cependant elle n’avait pas l’air très solide.

- Reculez dit Lucas, avant de donner un violent coup de pied sur la porte.

Celle-ci bougea mais ne céda pas. Lucas se prépara à renouveler son coup quand un cri se fit entendre de l’autre côté de la pièce. Tous se retournèrent pour voir apparaître un zombie sortant de la pénombre, les bras tendus.
Les deux filles et Thomas reculèrent, mais ce dernier se prit les pieds dans une chaise et tomba à la renverse, la créature l’attrapa par la gorge, essayant de le mordre. Lui, essayait tant bien que mal à se libérer de l’emprise de son assaillant en poussant des cris de terreur.

- Thomas tiens bon cria John en fonçant sur la créature pour finalement lui décrocher un violent coup de poing. Il put entendre les os de sa victime craquer sous l’effort.

Le zombie poussa un râle tout en lâchant sa prise, Thomas se mit dans un coin, sanglotant. La créature se tourna alors vers John qui reculait de plus en plus.

- Hé ! Attrape ! cria Lucas en lançant un objet au pied de John.

John ramassa le marteau qui venait d’atterrir à ses pieds et l’abaissa si violemment sur la tête de son assaillant que son crâne s’enfonça littéralement. Le zombie tomba, et ne bougea plus.

- Il est mort ? demanda craintivement Julia.
- D’un côté il l’était déjà, disons que cette fois, il n’est plus dangereux répondis John avec un sourire. Tu va bien Thomas, tu n’es pas blessé ? demanda t-il ensuite en s’approchant de son meilleur ami.
- Non ca va répondit Thomas en essuyant les larmes qui avaient coulés le long de ses joues.
- Tsss ! Sale pleurnichard, même pas capable de se défendre tout seul ricana Florent alors que Maxime éclata de rire.
- Et vous, vous n’avez pas fait grand-chose pour nous aider non plus dit John énervé.

Florent allait répliquer quand soudain un « crack » sonore retenti. La porte venait de succomber sous le nouveau coup de pied de Lucas.

- Allons y dit celui-ci.

Derrière la porte il y avait une petite salle, avec deux nouvelles portes, l’une petite en métal, l’autre plus grande, comme une porte de garage qui menait à coup sûr à l’extérieur. Lucas essaya d’ouvrir cette dernière, sans résultat, elle était fermé et bien trop solide pour pouvoir être défoncé.

- Bon pas le choix dit-il en poussant la seconde porte qui menait sur un grand escalier dont il ne voyait pas la fin.
- Ça mène où à t-on avis ? demanda Marine
- J’en sais rien, mais on va peut être trouvé une sortie.

L’équipe descendit les marches une fois de plus en suivant Lucas. Sans remarquer la présence de la camera fixé au plafond.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Quelque part dans un bureau, un homme regarde un des multiples écran devant lui, on peut y voir une bande d’élèves descendre des marches. La lumière que produit les écrans éclairent le visage de l’homme.

- Voilà qui est intéressant, je ne m’attendais pas à cela, pas la peine de bouger d’ici, j’attendrais qu’elle vienne à moi murmura t-il pour lui-même tout en rajustant les lunettes de soleil qu’il portait au visage.

En bas des escaliers se tenait un long couloir, dans lequel quatre portes étaient disposé de chaque côté. Au bout du couloir, il y avait un ascenseur. Sur cet ascenseur, on pouvait apercevoir un logo rouge et blanc sous lequel il y avait écrit en grosse lettre : « Umbrella Corp. »

- C’est quoi cet endroit ? demanda Thomas.
- Vous croyez que ca appartient au Lycée ? renchérit Maxime.
- Non, ca ressemble plus à une usine ou un laboratoire, c’est glauque je n’aime pas cet endroit, dit Julia.
- Umbrella Corp lu John sur la porte, ca veux dire quoi vous croyez ?
- Umbrella Corporation, c’est une firme pharmaceutique multinationale ayant été impliqué dans plusieurs affaires pas très saine. Ils sont passés en procès, il y a quelques temps et maintenant la société n’est censée ne plus exister. On doit être dans un de leur ancien complexe répondit Marine.

Tous la regardèrent à la fois impressionné et étonné qu’elle sache tout ca.
Voyant le malaise qu’elle avait créé elle dit toute rouge:

- Je sais ca, car mon père travaille pour la presse, il est journaliste internationale.
- Bien, cependant si ce complexe est censé être abandonné, comment se fait-il qu’il y est de la lumière ? questionna Lucas.

Personne ne répondit. Apparemment tout le monde avait compris qu’ils n’étaient pas les seuls à être ici.

- Restons prudent et essayons de trouver le moyen d’atteindre l’extérieur dit John.

Tous acquiescèrent d’un signe de la tête. Lucas se dirigea vers la porte la plus près d’eux et l’ouvrit doucement. La salle qui se tenait derrière était assez grande, il y avait des bureaux et des casiers sur lesquels étaient rangé pleins de livres et de documents.
Au fond de la salle, assis contre un mur, la tête baissée, un homme d’une quarantaine d’année, couvert de sang. Le groupe s’approcha de lui. L’homme semblait encore être vivant mais bien mal en point, dans sa main droite il tenait un revolver. Il leva la tête fixant chaque élève à tour de rôle ; son regard était vide. Quand il ouvrit la bouche pour parler, il poussa une grimace, apparemment même ca le faisait souffrir.

- Vu cet homme. ……. lunette noir………. suivit ici ……. maudites choses ……mordu……. méfiez vous…... dangereux ……balbutia t-il, incapable de faire des phrases complètes.

Puis se respiration s’arrêta, sa tête retomba sur son torse et la main dans lequel il tenait son arme s’ouvrit, le pistolet tomba sur le sol.

- Bon qu’est ce qu’on fait, de qui il parlait, quelqu’un à compris ? demanda John.
- Il a dit de se méfier, tu crois qu’il y a des zombies ici ? demanda a son tour Julia.
- Sûrement, il faut faire attention, on est à l’abri nulle part. Maintenant continuons à chercher une sortie, peut être que cet ascenseur peut nous mener à la surface. Allons voir dit Lucas.
- Une minute cria une voix, dorénavant c’est moi qui commande.

Tous se retournèrent vers l’endroit d’où venait la voix et virent Florent et Maxime debout devant le cadavre de l’homme, côte à côte un sourire narquois marquant leurs visages. Florent pointait sur eux l’arme du défunt.

- Arrêtes tes conneries dit John pose cette arme.
- Ta gueule, je tiens enfin ma vengeance, je vais te tuer, je vais tous vous tuer cria Florent les yeux injectés de sang.
- Tu ne devrais pas faire ça dit Lucas en gardant son calme.
- Tais-toi, je sais ce que je fais dit Florent, je vais tous vous buter.
- Je ne parle pas du fait que tu veuilles nous tuer répondit Lucas, mais du fait de rester près de ce cadavre, n’as t-il pas prononcé le mot « mordu » tout à l’heure ?

Avant que Florent comprenne où il venait en venir, il ne se passa qu’une seconde, mais c’était une seconde de trop, le cadavre c’était relevé, plantant ces dents dans le bras droit de Florent.
Celui-ci poussa un cri de douleur et lâcha l’arme qu’il tenait. Maxime essayait d’aider son ami en cognant la créature de toute part, un coup de poing bien placé lui fit lâcher prise. La créature se tourna alors vers Marine, les bras tendus.

- Hey ! dit une voix.

Le zombie s’arrêta et fixa de ces yeux aveugles la personne qui l’avait interpellé. Lucas le pistolet à la main appuya sur la détente, la balle parti et transperça la boite crânienne du zombie. Un tir précis et dévastateur. La créature tomba au sol poussant son dernier râle.

- Putain, il m’a mordu cet enculé dit Florent, il m’a mor….

Florent arrêta de se plaindre, le canon du pistolet était pointé sur lui.

- Qu’est ce que tu fais ? dit-il à l’adresse de Lucas.
- Tu as été mordu, tu es trop dangereux dorénavant, je ne peux pas me permettre de te garder en vie dit Lucas avec un regard froid.
- Attends dit John, tu ne va comme même pas le tuer comme ça ? Même si il à été mordu, tu ne peux pas.
- Il a essayé de nous tuer rappelles toi répondit Lucas.
- Mais ce n’est pas une raison, ca a beau être une ordure, je ne suis pas d’accord dit John.
- Je ne te laisserais pas tuer mon ami dit Maxime s’interposant entre Lucas et Florent.
- Non ! Maxime, ce type à raison, je vais me transformer en cette chose dit il en pointant le cadavre du doigt. Je sens déjà mes forces me quitter….. continua t-il en sanglotant. Maxime, je te considère comme un frère, tu es le seul à me comprendre, si je suis ici aujourd’hui c’est grâce à notre amitié. Je préfère mourir que de me transformer en cette chose. Tue moi demanda t-il à Lucas.
- Si tel est ton choix, j’accepte mais sache que je te vengerais, je tuerais ces créatures une par une dit Maxime furieux, je te le promets.

Florent sourit, à son ami.

- Bien pas la peine que tout le monde voit çà, on va sortir dit John.

Lui, les deux filles, Thomas et Maxime sortirent de la pièce, laissant seul Lucas et Florent.
- Bien dit Lucas en attrapant le marteau qu’il tenait dans son dos tout en s’approchant de Florent.
- Que fais-tu ? Tires moi une balle, je ne veux pas souffrir dit Florent apeuré.
- Il faut mieux garder les munitions pour les cas d’extrême urgence. De plus je ne verrais pas pourquoi je serais indulgent avec toi, contrairement à John je ne peux pas laisser le fait que tu es voulu nous tuer murmura Lucas en levant le bras.
- Nan ! Attends ! cria Florent.

Mais il était trop tard, Lucas avait abaissé son bras et frappé à trois reprise le crane de Florent.
Florent gisait désormais au sol, au milieu d’une flaque de sang.
Lucas essuya le marteau avec sa veste et sortit de la pièce sans dire un mot.

Dans le couloir, les autres attendaient silencieusement, en voyant Lucas sortir John dit :

- C’est bon, je n’es pas entendu de coup de feu ?!
- C’est parce que j’ai mis un oreiller entre l’arme et lui pour camoufler le son, c’est mieux pour vous, menti Lucas. Allons-y.

John acquiesça mais il avait beau réfléchir, il ne lui semblait pas avoir vu des oreillers dans cette salle. Cependant sans un mot, il suivit Lucas et les autres, qui se dirigeaient vers l’ascenseur.


----------------------------
Salle de contrôle du complexe Umbrella

Albert Wesker venait de voir la scène depuis la salle de contrôle. Le gamin avait tué son camarade à coup de marteau, et tout ça sans la moindre émotion.

- Voilà qui est intéressant, dit-il pour lui-même. C’est le genre de personne que j’apprécie, viens en vie jusqu’à moi et tu seras récompensé poursuivit il en ricanant.

TO BE CONTINUED....

_________________


Spoiler:
 

__________________
KLV
_______
A.A.P.A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alisson



Féminin Nombre de messages : 8
Age : 25
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 20/11/2009

MessageSujet: Re: City Of The Dead   Sam 20 Fév - 0:26

Est-ce qu'on aura bientôt une suite ? Smile
Je suis impatiente !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nic305
RPD
RPD
avatar

Masculin Nombre de messages : 124
Age : 24
Localisation : Raccoon Remastered :P
Date d'inscription : 22/07/2010

MessageSujet: Re: City Of The Dead   Lun 26 Juil - 19:58

Wow...
Je suis jeté à terre...
C'est excellent, j'attendrai la suite avec impatience!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss A. Wesker
Forces spéciales d'Umbrella
Forces spéciales d'Umbrella
avatar

Féminin Nombre de messages : 3099
Localisation : Besancon
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Re: City Of The Dead   Mer 28 Juil - 14:55

Oui ta fic est vraiment super Wes !
J'espère que tu nous mettra la suite un de ces quatre Smile Bisous

_________________



''I'm crazy yes...from A. Wesker ''

Spoiler:
 

_______
A.A.P.A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A. Wesker
S.T.A.R.S
S.T.A.R.S
avatar

Masculin Nombre de messages : 3590
Age : 28
Localisation : Besancon
Date d'inscription : 20/10/2007

MessageSujet: Re: City Of The Dead   Lun 2 Aoû - 11:52

Nic --> Merci Smile

Miss --> Merci mon bébé, oui je la mettrais quand j'aurais le temps, je dois encore faire mon rapport de stage n'oublie pas. I love you

_________________


Spoiler:
 

__________________
KLV
_______
A.A.P.A
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: City Of The Dead   

Revenir en haut Aller en bas
 
City Of The Dead
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moon City ? Une petite guilde, de grands projets
» Oh-dead: une baguette magique?
» Nostra City
» Vends 8 tomes du Comic "Walking Dead"
» quiz souris city

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Biohazard Blackness :: Resident Evil en images :: Fan fiction-
Sauter vers: